A la recherche du temps perdu











"Mon amour ainsi l’ouragan
Déracine l’arbre qui crie"
—  Guillaume Apollinaire, from “Les Collines” in Calligrammes